Les aliments inflammatoires

Dernière mise à jour : 27 avr. 2021


Oui, nous sommes des omnivores et nous pouvons manger de tout, ou presque…

De plus en plus nombreuses sont les personnes sujettes aux troubles digestifs.

Certaines même développe des maladies chroniques, tel que le syndrome de l'intestin irritable, Crohn, les polypes intestinaux et bien d'autres.

Même si la prédisposition génétique joue un rôle, les gènes responsables de ces apparitions sont stimulés par d'autres facteurs.

Ainsi, le manque d'aliments sains, le stress mental et l'environnement favorise leur développement.

Les indications d'un système digestif fragilisé sont nombreuses (voir notre article sur le microbiote)

Certains aliments, plus que d'autres, méritent une attention particulière à cause de leur effet sur votre corps.

Si quelques écarts légers ne pose pas de problèmes, une consommation quotidienne peu avoir des effets ravageurs sur le court et long terme.

Nous allons faire le point sur les aliments à limiter voir éviter lorsque votre système digestif est fragile.


Le sucre raffiné:

En tête de liste, la fameuse bête noire de l'alimentation.

Quand on pense à éviter le sucre, le "mauvais", nous allons naturellement nous tourner vers les paquets de gâteaux, les bonbons, les viennoiseries… Mais en réalité, de nombreux aliments transformés possèdent du sucre sous des noms qui porte parfois à confusion : Cassonade, Dextrose, Fructose, Galactose, Glucose, Inuline, Jus concentré, Lactose, Maltodextrine, Sirop (de glucose-fructose, maïs…) Sucre de fleur de coco…

L'industrie agro-alimentaire use de nombreux stratagèmes pour ne pas dire simplement ce que cela reste : du sucre raffiné.

Les conséquences d'un apport régulier sont nombreuses, aussi bien sur le mental que sur votre corps. Irritabilité, anxiété, dépression dû aux pics d'insuline et inflammations diverses tel que remontées acides, caries…

Quels aliments vérifier? Les préparations industriels, céréales pour le petit-déjeuner, barres chocolatées (même soi-disant "healthy") les sauces préparées, certaines boîtes de conserve de légumes tel que le maïs (oui, oui!) soupes industriels et bien sûr sodas, le sucre est caché partout, jusque dans vos cornichons, crème glacée, alcool… Il faut vérifier les étiquettes.


A noter qu'un sucre naturel dans son enveloppe (légumes, lait, fruits…) ou en quantité raisonnable et accompagné d'un support (miel cru sur votre fromage…) n'aura pas d'impact néfaste sur votre santé, au contraire, il le renforcera: la nature est bien faite !


Les glucides raffinés:

Comme vu précédemment, c'est lorsque l'on modifie de trop un aliment brut que le corps ne peut pas l'assimiler correctement. Ainsi, les premières maladies de la civilisation sont arrivés avec notamment les glucides raffinés.

Extrait de leur enveloppe, ils manquent généralement de nutriments essentiels. Ils ont tendance à provoquer des pics de glycémie, ce qui déclenche des fringales (voir hyperphagie), de la fatigue et de la nervosité. En d’autres termes, ce sont des calories «vides».

Votre corps est capable de digérer sans problèmes ce qui est naturel. C'est pourquoi les apports de glucides entiers peuvent être intégré à la plupart. Des légumes, quinoa, orge, les légumineuses, grains et graines entières, du pain brun/noir (sans farine blanche) les noix, tubercules…

Quels aliments vérifier? Les pains de mie industriels, pain blanc, pâtes, riz blanc, frites et chips, farine blanche, jus de fruits, pizza…


Les acides gras trans artificiels:

Il est un sujet dont nous ne parlons pas assez et pourtant, il pourrait être la cause de maux persistants chez des personnes soignant déjà leur alimentation.

La source d’acide gras trans artificiels n'est pas bonne pour votre santé en raison de sa chimie : l’hydrogénation catalytique partielle d’acides gras polyinsaturés.

Ce procédé industriel vise à rendre les huiles solides ou semi-solides (margarines) et moins sensibles à l’oxydation (rancissement ou peroxydation) sont utilisés dans l’industrie agro-alimentaire.

Ils provoquent des chemins métaboliques tels qu'un stockage plus important des graisses au niveau du foie et une exacerbation de la biosynthèse du cholestérol (le mauvais).

Ils favorisent également les maladies cardio-vasculaires et le diabète.

Ainsi, pour éviter une inflammation il faudrait limiter à 2% l'apport nutritif en acides gras trans artificiels.

Les acides gras trans sont souvent listés comme des huiles « partiellement hydrogénées » sur les étiquettes des aliments.

Aujourd'hui, de nombreuses preuves indiquent qu'il vaut mieux éviter les huiles végétales et leurs acides gras oméga-6. La recherche montre que les huiles végétales peuvent conduire à l'obésité, provoquer une inflammation et augmenter la présence de radicaux libres dans le corps.

La plupart des huiles végétales contiennent un acide gras polyinsaturé oméga-6 particulièrement nocif appelé acide linoléique. Parmi ses inconvénients pour la santé:

  • Peut ralentir la perte de poids.

  • Provoque une inflammation.

  • S'oxyde à la cuisson, augmentant le risque de maladie cardiaque


Quels aliments vérifier? Les pâtes feuilletés/pizza prêtes à l'emploi, les margarines, les huiles végétales tel que colza, soja, tournesol, arachide, carthame, coton… (les huiles de fruits et noix tel que l'huile d'olive première pression à froid ne sont pas concernées) les vinaigrettes et de nombreux plats préparés.


Les viandes industrielles/transformées:

La viande industrielle repose sur l’utilisation effrénée de produits pharmaceutiques pour poursuivre la production au même rythme et à la même échelle qui seraient irréalisables sans ces accessoires. Le cocktail de médicaments utilisés aujourd’hui dans la production et a de graves conséquences sur le bien-être des animaux. Voici les types de produits pharmaceutiques les plus fréquemment utilisés dans la production de viande industrielle.

  • Hormones – Les hormones sont utilisées dans la production animale pour augmenter les taux de croissance et diminuer le temps qu’il faut à un animal pour passer de la naissance à l’abattage. Ces médicaments permettent de maintenir l’échelle de masse de la viande industrielle.

  • Bêta-agonistes – Les bêta-agonistes aident à gagner rapidement du poids pour raccourcir la durée de vie d’un animal, ce qui réduit le coût de l’élevage de l’animal.

  • Antimicrobiens – Les antimicrobiens ralentissent la propagation rampante des bactéries, résultat direct du trop grand nombre d’animaux gardés dans des quartiers proches et insalubres. Ces médicaments maintiennent les taux de mortalité bas et permettent les conditions exiguës de la production industrielle de viande.

  • Additifs alimentaires – Les additifs alimentaires comprennent des éléments comme les promoteurs de la croissance, les médicaments qui préviennent les maladies, les agents de conservation et les nutriments comme moyen courant de poursuivre la production animale à l’échelle actuelle avec les conditions actuelles.

Un autre gros problème des viandes industrielles est l'ajouts d'additifs alimentaires dans le but d'améliorer un manque de goût (dû à la qualité) un gonflage sur la texture pour une question de rendements ou tout simplement des colorants pour donner cette fameuse couleur rose au jambon qui n'a rien de naturel.

Voici quelques noms retrouvés sur un paquet de jambon en dés dans le frigo:

- Les nitrites présentent dans la charcuterie sont recensées comme toxique par l'INRS. Elles seraient responsable de l'aggravation de l'asthme et de nombreux cancers dont le colorectal.

- Prenez de la fécule de maïs, martyriser-la sous l’effet de l’acide sulfurique et hydrochlorique et vous obtiendrez un sucre appelé… dextrose. Cette omniprésence du sucre, à laquelle s’ajoute de la maltodextrine ayant pour effet de compenser la rétention d’eau provoquée par le dextrose. Quant au procédé d’hydrolyse de l’amidon, le nom est usurpé au sens où il s’effectue avec de l’acide chlorhydrique et autres composés chimiques. Cet additif a tendance à donner des ballonnements.

- Le e450 ou diphosphates toujours retrouvés dan la viande industrielle est autorisé sans études préalables sur les dosages supportés par l'organisme. Il serait responsable notamment d'ostéoporose et d'hyperactivité.


Quels aliments éviter? Le jambon rose (en tranche, fumée..) le saucisson industriel (vérifer les étiquettes d'ingrédients) les pizzas en contenant, les lardons, la viande séchée, les conserves contenant de la viande transformée…


Pour aller plus loin :

Le sucre provoque-t-il une inflammation dans le corps? (infosante24.com)

Les 59 Différents Sucres, 16 Édulcorants + Petite Leçon de Marketing (sagessesante.fr)

Ce qu’il se passe dans votre corps quand vous arrêtez le sucre - Madame Figaro (lefigaro.fr)

Comment les glucides raffinés te tuent à petit feu ? (bodyhack.fr)

Glucides : entiers ou raffinés - voici la différence (infosante24.com)

Manger trop de sucre : 5 effets secondaires et les solutions (sportchezsoi.com)

https://www.dangersalimentaires.com/2009/10/gras-trans/

La viande industrielle est un produit toxique (vitaliseurdemarion.fr)

L’ère de la viande industrielle : une histoire des meatpackers américains – Transhumances (hypotheses.org)

La Viande Industrielle | la Réalité et les Alternatives ! (camicottani.com)

What is “Industrial Meat”? | Center for Food Safety (endindustrialmeat.org)

Charcuterie : voici en quoi les nitrites sont toxiques - Science & Vie (science-et-vie.com)

Dextrose : une source d'énergie ou un véritable poison ? (toutvert.fr)


625 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout